Démarche qualité et vigilances

Cette démarche qualité repose sur une structure, le comité de pilotage, qui a pour objectif la qualité du service rendu.

 

1 - Comité de pilotage

Le comité de pilotage qualité de l’établissement est composé de différents membres de l’établissement. Ceux-ci effectuent le relai des informations dans les sous-commissions dont ils ont la responsabilité.

 

Le comité de pilotage a pour mission de :

 

  • Donner les orientations de la politique qualité gestion des risques et sécurité des patients

  • Approuver la politique qualité gestion des risques et sécurité des patients

  • Suivre et rendre compte de la réalisation du programme Qualité, Gestion des risques liés aux soins et sécurité du patient, et des programmes des sous commissions rattachées.


2 - La qualité du service rendu

Une procédure intégrée dans la démarche des professionnels.

A - La procédure d'accréditation des établissements de santé V1 a été introduite par l'ordonnance 96-346 du 24 avril 1996 et par le décret 97-311 du 7 avril 1997. Notre établissement a été accrédité sans réserve après la visite des experts visiteurs de l'ANAES en décembre 2002.

En plus de cette démarche obligatoire, le CHIRB a mis en place une démarche d'amélioration continue de la qualité dans tous les secteurs de son activité.

Sur la base d'une charte qui engage tous les acteurs de l'établissement (direction, médecins et l'ensemble du personnel) à appliquer des principes essentiels tels l'égal accès aux soins, l'adaptation de l'offre aux besoins, la prise en charge globale des patients, la compétence, l'efficacité et la responsabilité, mais aussi la sécurité, il a été établi un manuel d'assurance qualité définissant les objectifs à atteindre. Ce manuel reprend les critères et normes réglementaires, en particulier ceux retenus par l'ANAES.

Cette démarche a reçu l'adhésion et le soutien du personnel. C'est pourquoi, la démarche a concerné directement un professionnel sur huit à travers l'animation des groupes de travail et d'audits. Par ailleurs, des sessions d'information et des actions de communication visaient à expliquer l'intérêt de la démarche tant pour les patients que pour le personnel. De plus, l'Etablissement a mobilisé des moyens suffisants pour former tous les professionnels directement impliqués.

Un tel projet a conduit à mettre en place des moyens supplémentaires et des ressources nouvelles. Aussi l'établissement s'est doté, en premier lieu, d'un responsable assurance qualité (directeur), d'un ingénieur organisation et méthodes pour pouvoir conduire avec efficacité les étapes de la démarche ainsi définies et programmées :

  • exploitation des référentiels,
  • préparation et réalisation des audits,
  • réalisation des audits,
  • élaboration et choix des mesures correctives,
  • plan et mise en œuvre des mesures (plan qualité),
  • contrôle-évaluation de l'application de ces mesures et de leurs effets.

 

Parallèlement, certains services, dans une démarche comparable, ont obtenus la certification ISO :

  • la blanchisserie,
  • l'unité d'hygiène,
  • la ZAPI,
  • l'UCSA.

 

D'autres services sont entrés dans cette démarche :

 

D'autres services ont mis en œuvre une démarche qualité spécifique tels les laboratoires qui ont mis en application le Guide de bonnes pratiques.

Quelle que soit la méthode retenue, chaque service a pri à son compte l'obligation d'améliorer la qualité du service rendu. Cette obligation est formalisée dans tous les projets de service et dans les différents volets du projet d'établissement : le projet médical, le projet de soins infirmiers, le projet social, le projet hotelier, le schéma directeur informatique.

C'est enfin, au moyen de la mise en place de procédures d'évaluation des pratiques et de l'organisation que pourront être mesurés les progrès accomplis pour approcher les objectifs fixés.

 

B - La certification V2, concerne la période de 01/01/2007 au 31/12/2010. Les experts visiteurs de la Haute Autorité en Santé (HAS), ont visité l'établissement en décembre 2006. C'est une procédure plus élaborée que l'accréditation. Elle analyse en particulier les pratiques professionnelles au travers des évaluations des pratiques médicales et soignantes.

La certification a été obtenue sans réserve et l'établissement a été félicité pour trois actions exemplaires.

 

3 - La sécurité des patients

A - La lutte contre les infections nosocomiales.

La sécurité des patients constitue une préoccupation permanente de tous les professionnels du CHIRB. C'est pourquoi la lutte contre les infections nosocomiales demeure une priorité. En conséquence le comité ad hoc (le CLIN) a été chargé d'élaborer un plan d'actions qui, après avis des instances, a fait l'objet d'un financement spécifique et d'un suivi d'exécution périodique.

 

B - Les vigilances et leur coordination

L'infectiovigilance

 

La matériovigilance sécurité des dispositifs médicaux

 

En la matière l'établissement se donne les moyens pour gérer les risques inhérents à l'utilisation des dispositifs médicaux. Toutefois, c'est d'abord grâce à des actions préventives que la sécurité des patients peut être améliorée. Dans cette optique le CHIRB a mis en place un atelier biomédical composé d'un adjoint technique et de trois techniciens qui ont pour missions :

  • de mettre en place les protocoles de maintenance des instruments, appareil et équipements utilisés à des fins médicales,
  • d'assurer ou de participer à la maintenance de ces dispositifs,
  • de participer au choix du matériel et à la programmation du renouvellement du parc,
  • de réceptionner les matériels,
  • d'inventorier les dispositifs existants et de maintenir à jour cet inventaire (GMAO : Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur),
  • de suivre et de faire appliquer les normes.
  • L'atelier biomédical va commencer les actions visant à obtenir la certification ISO.

 

L'hémovigilance, la sécurité transfusionnelle

 

Dans ce domaine, le CHIRB s'est donné les moyens permettant de prévenir ou de réduire au maximum les risques liés à l'utilisation de produits sanguins labiles. C'est pourquoi, il a priorisé les actions énumérées ci-après, à savoir :

la mise aux normes du dépôt de sang,

l'installation d'un comité de sécurité transfusionnelle dont le fonctionnement a été favorisé par l'attribution de moyens spécifiques,

la diffusion (GED), la mise en pratique et l'évaluation des protocoles d'hémovigilance qui sont d'ores et déjà rédigés.

 

Pharmacovigilance

Concerne les médicaments

Cosmétovigilance

Concerne les cosmétiques 

Réactovigilance

Concerne les réactifs utilisés en biologie 

Toxicovigilance

Concerne la toxicité des médicaments.  

Biovigilance

  Date de dernière modification :

 20/07/2017

© Centre Hospitalier Intercommunal Robert Ballanger | Partenaires | Mentions légales | Webmaster | Conception 2exVia avec MasterEdit ©

 

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée.


Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.